Communiqué de M. Igor KUREK relatif à l’avenir de l’Ouest du département de l’Hérault et de Béziers

Communiqué de M. Igor KUREK relatif à l’avenir de l’Ouest du département de l’Hérault et de Béziers

 

3M : Macron nous Mâchouillera Méchamment

Constitution dans l’urgence d’un Pôle Métropolitain entre trois agglomérations dont une sous-préfecture et une communauté de communes dont le président n’est autre que le Président du Conseil Départemental à l’Ouest des Alpes-Maritimes après 12 années de négociations gelées pour lutter contre l’appétit féroce de la métropole niçoise de l’Est (Nice Côte d’Azur), envoi d’un gâteau de Saint-Valentin « J’aime mon département » par les départements d’Ile de France à Emmanuel Macron, inquiétude des maires à leur congrès, manifestations de plus en plus nombreuses contre les casses de services, de mairies annexes, les délestages de prisonniers d’un point à l’autre d’un département ou de demandeurs de logements sociaux et les rouleaux compresseurs administratifs et dernièrement les fameux « chantiers de Justice » concernant 34 départements qui préconisent la régionalisation des cours d’appel et la « départementalisation » des TGI, autrement dit : une cour d’appel par région et surtout un seul TGI par département, le TGI de… chaque métropole malgré certaines aberrations : comme un TGI tout neuf à Béziers voué donc à disparaître ou au mieux devenir un tribunal de seconde zone avant le démantèlement au final ou bien le 19° TGI de France à Grasse qui compte… 50.000 justiciables de plus que celui de Nice.

Montpellier pourrait certes de son côté perdre sa Cour d’Appel mais elle sortira quand même la grande gagnante des différents bras de fer à venir.

Voilà la situation. Il est clair que dans l’âme les Héraultais se sentent plus Occitans (donc au sens de région, de province) qu’habitants du département « Hérault ». Mais il faut dire aussi que rien n’a été fait du côté de ses dirigeants, tous socialistes à la base puis radicaux ou chevènementistes pour certains : Jean BENE (1945 à 1979), Gérard SAUMADE (1979 à 1998), André VEZINHET (1998 à 2015) puis Kléber MESQUIDA (depuis 2015) pour passionner les habitants, leur donner la fierté.

C’est à croire que tout avait été prévu par la Gauche locale pour plier à jamais l’Ouest du département, composé de trois arrondissements : Montpellier, Lodève, qui n’a jamais été en position de force et bien sûr Béziers, la « méchante Béziers » qui s’est droitisée au fil des décennies allant jusqu’à même franchir la ligne rouge en 2014 avec l’élection de Robert MENARD, maire désormais perçu comme au moins apparenté FN et même pire.

Du côté de Montpellier, les centristes, une fois encore, ont été les artisans du pire : Jean ZUCCARELLI, le radical-socialiste « valoisien » et François DELMAS l’UDF ont, malgré eux on l’espère, été les éléments déclencheurs du piège de la Gauche se refermant sur tous : l’élection de Georges FRECHE, devenu très rapidement une personnalité locale, départementale, régionale et nationale incontournable, à qui tout était pardonné, y compris les pires sorties médiatiques.

Et ensuite la transition avec Hélène MANDROUX pour arriver à Philippe SAUREL, le d’abord DVG devenu très rapidement « macron-compatible » (comme un certain Chistian ESTROSI à Nice, il ne faut pas s’en étonner, l’Hérault et les Alpes-Maritimes possèdent

d’incroyables similitudes quant à leurs évolutions politiques et risques administratifs).

Ce même SAUREL qui applique la logique FRECHE et Gauche départementale de toujours : balayer toute possible résistance, comme quand les vice-présidences qui n’étaient pas « macron-compatibles » ont tout simplement été écartées au sein de la 3M, Montpellier Méditerranée Métropole.

La 3M sait qu’elle peut tout dominer : on a laissé élire MENARD à Béziers comme une impasse plus facile à gérer qu’un maire UMP-LR, DVD ou autre. Qui « on » ? Cette Gauche « amie d’enfance » voyons. Cette Gauche qui se rappelle des belles heures antisionistes ou de Reporters sans Frontières.

Montpellier de son côté selon l’INSEE gagne 11 habitants de plus chaque jour. Avec 277.639 habitants (sur 450.051 habitants pour la 3M) celle-ci dépasse même de 369 habitants une ville comme Strasbourg, faisant d’elle la 7° ville de France.

Alors que nous de notre côté nous avons une Béziers à 76.000 habitants (moins 1) qui ne peut même pas s’entendre avec Sète (43.620 habitants), d’abord par rivalité historique ensuite parce que l’ombre de François COMMEINHES n’est jamais très loin, lui qui plaidait déjà avec Georges FRECHE et Yves PIETRASANTA (Les Verts) en Juillet 2005 pour la création d’une communauté urbaine entre eux, heureusement repoussée le 21 Septembre 2005 par le Préfet de l’époque, Michel THENAULT grâce notamment à la majorité UMP de l’époque à Balaruc-les-Bains. De son côté, Béziers, alors dirigée par Raymond COUDERC, s’inquiétait déjà d’un tel projet.

Du côté d’Agde (26.946 habitants) l’esprit « CUNU » pour « Casser l’Union lors du Naufrage et de l’Urgence » n’arrange pas non plus puisqu’on voit au jour le jour selon comment ça vient, on vivote. On a ainsi lors des législatives 2017 préféré voter pour une sétoise imposée, mal aimée et perdante d’avance plutôt que de défendre les intérêts de l’Ouest et notamment du Biterrois et de l’Agathois. Et c’est au final un passeur LREM de plats gouvernementaux qui a été élu.

A l’exception des articles le jour ou le lendemain de son élection et d’Hérault Tribune et l’Indécapant (ouverts à tous), Chistophe EUZET (classé 487° sur 572 députés par Capital) n’a fait parler de lui que 7 fois dans les médias : (un petit tour rapide dans les 5 premières pages « Actualités » de Google) (8 en comptant un site contre la politique anti retraités de Macron) :

RCF – 10 Juillet 2017 (interview)
Reuters – 15 Novembre 2017 (sur sa suppléance à la CJR, Cour de Justice de la République)
L’Express – 15 Novembre 2017 (idem, négatif « faut-il en finir avec la Cour de Justice de la République » ?)
Midi Libre – 21 Novembre 2017 (positif)
Midi Libre – 8 Décembre 2017 (positif)

Sauvegarde Retraites – 21 Décembre 2017 (négatif, mis en cause pour son vote au sujet des retraités)
Midi Libre – 17 Janvier 2018 (positif, Jordan DARTIER, Maire de Vias « jouant volontairement l’unité » (avec lui) (Midi Libre)

Midi Libre – 18 Janvier 2018 (positif)

Je le dis : nous devons, malgré MENARD, défendre les intérêts de Béziers et de l’Ouest du département pour éviter une cannibalisation du département par la 3M, qui aboutirait au final sous 2 (12 ans) à 3 mandatures (18 ans) à la disparition de toutes les communes sauf une : celle de Montpellier. C’est le souhait de MACRON, c’est et ce sera surtout celui de SAUREL quand MACRON le décidera définitivement et la Présidente de Région, Carole DELGA, PRG à la base, qui désormais est membre du Mouvement Radical Social Libéral (MRSL, radicaux réunis, macron-compatibles) n’y verra aucune objection.

Que les éternels partisans de la suppression du « mille-feuilles » administratif réfléchissent un peu aux conséquences, celle d’une proximité réduite avec les administrés, celle de moins de moyens pour les uns, de toujours plus pour les autres, toujours les mêmes.

Les rues devenant des ruelles, les quartiers devenant des rues, les petites communes devenant des hameaux, les grandes communes devenant des quartiers.

A quoi bon arriver un jour à supprimer 97 ou 98% d’élus pour laisser un fieffeux et une petite cour aux commandes d’une collectivité unique d’échelle « départementale » mais qui ne serait plus le département ? Que restera t-il de la décentralisation, celle qui avait été une véritable bouffée d’air frais pour les maires contre des préfets qui n’avaient quasiment plus que le « doigt sur la gâchette » pour discuter avec eux à une certaine époque sur les permis de construire et les infrastructures notamment ?

L’Ouest du département doit se réveiller comme d’autres sont en train de le faire.

Le Rassemblement Pour la France y apportera sa contribution, donnera l’impulsion nécessaire.

Tout républicain de l’Ouest qui voudra participer à ce grand élan de contestation et de résistance contre la politique macronienne soutenue par la Gauche macron-compatible départementale comme régionale sera le bienvenu.

Igor KUREK – Président du parti (21-02-18)

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Twitter Rassemblement Pour la France Officiel

Abonnez-vous à la newsletter