Le combattant Fillon dérange ? Tant mieux : le RPF dérangera avec lui

   

La Présidence du RPF Officiel

Paris, le Jeudi 2 Mars 2017

Le combattant Fillon dérange ? Tant mieux : le RPF dérangera avec lui.


« Vous avez devant vous un combattant » : c’est ainsi que François FILLON, candidat des femmes et hommes de Droite les plus convaincus s’est présenté sur la scène de la salle bondée de Nîmes où il donnait meeting ce Jeudi 2 Mars 2017 au soir.

Celui « qui a donné 36 ans de sa vie » pour les autres est convaincu de tenir, de tenir pour la France et ça nous plait à nous, Gaullistes du Rassemblement Pour la France.

Il était temps qu’une candidature de Droite à la Présidentielle fasse preuve d’autant de caractère, ce qui n’avait plus été observé depuis 1974, 1981 en étant large avec un Jacques CHIRAC sortant tout juste des années des valeurs gaullistes profondes avec Marie-France GARAUD et Pierre JUILLET.

Cible d’une cabale médiatico-politique, il est le seul rempart contre le pire.

Il est à cette heure le seul candidat à avoir au moins 500 parrainages validés par le Conseil Constitutionnel, le seul à pouvoir empêcher les victoires de Marine LE PEN et d’Emmanuel MACRON, blanc bonnet et bonnet blanc ou les deux candidats de « l’Extrême Centre » qui promettent le pire à la V° République, gage de stabilité depuis sa fondation le 4 Octobre 1958, le pire pour la République en elle même et surtout : le pire pour la France et les Français.

François FILLON cité dans des affaires, potentiel mis en examen ? Il tient et surtout : son électorat tient. Comme l’a rappelé le sondage Elabe du jour, c’est en fait celui qui a l’électorat le plus sûr de lui donc le plus solide.


On nous dira « non, il est deuxième derrière Marine Le Pen. » Marine Le Pen est extrême de toujours, son électorat est contestataire et sait malgré tout que le seul vote utile c’est Fillon.

Mais surtout, il est devant Macron dont l’électorat est l’un des plus incertains et c’est déjà un soulagement pour la Démocratie.

Pourquoi ? Parce que Macron est le triptyque du pire :

un côté hybride, mi institutionnel mi révolutionnaire de Gauche, tel un Chevènement.

un côté ni ni, jeune et dynamique, rénovateur, tel un Giscard d’Estaing.

Et l’ultime côté est le plus trouble, le pire :

le côté face cachée : celui où l’on aboie sur scène (il ne manquerait qu’un fond sonore wagnerien), où l’on insulte la Mémoire et l’Histoire (comme l’aurait fait un certain FN des années 70-80) et où on se veut flou (et quand c’est flou…) : on promet moins de parlementaires et moins de travail législatif.

La VI° République de Macron sera t-elle un coup d’Etat permanent ? Une monarchie encore plus déguisée qu’aujourd’hui ?

Le Parlement français, déjà grâvement fragilisé par l’Union Européenne, ne sera t-il plus avec le candidat d’En Marche qu’une simple chambre d’enregistrement grâce à la complicité de la girouette opportuniste BAYROU et ses 96 circonscriptions réservées comme l’a révélé Marianne il y a quelques jours ?

( https://www.marianne.net/politique/legislatives-voici-ce-qu-offre-macron-bayrou-pour-ses-elus-modem )

Les marcheurs du  »Gattazo-Rothschildien » candidat appuyé en secret par petit « Président normal » ne se rendent pas encore compte du pire… qui est en marche…

Pour autant, si la combativité est bien présente chez notre candidat, il n’en demeure pas moins que le gros nœud gordien des problèmes réside dans la gestion de campagne telle que menée jusqu’à présent plus que dans les défections, voix dissonantes et affaires.

D’ailleurs, François FILLON avait commencé à dévisser dans les sondages bien avant l’affaire dite du « Pénélope / Fillon Gate ».

On ne peut pas jouer une présidentielle à la roulette russe avec l’utilisation d’un logiciel comme celui de Federavox, petit frère du Nation Builder dont la crédibilité est morte le jour même où Patrick MENNUCCI s’est copieusement ramassé aux Municipales 2014 de Marseille.

On ne peut pas jouer une campagne présidentielle face à deux candidats  »attrape-tout » en ciblant des « bureaux » ou « communes » pour… « aller chercher les électeurs de Droite qui ne votent jamais ».

On ne peut pas jouer son Avenir sur deux hasards : les victoires en 2015 aux Régionales de Valérie PECRESSE en Ile de France (élue sur le fil du rasoir uniquement grâce au dérapage verbale de Claude BARTOLONE dans la dernière ligne droite et parce que le FN avait comme candidat l’un des deux fossiles et plus nuls du parti avec Bruno GOLLNISCH : Wallerand de ST JUST) et de Philippe RICHERT (face au FN).

On ne peut pas jouer avec la patience des militants « triés » et privés de terrain.

On ne peut encore moins, dans un contexte de psychose générale sur les pratiques des politiques, se reposer sur une start-up où l’une de ses dirigeantes revendique un mandat politique (et par conséquent une affiliation politique) dans sa bio de présentation.

Cela ne se voit nulle part.

Après les affaires Riwal et Bygmalion, cela jettera forcément le doute et le trouble.

Enfin, il est urgent face à toutes les dissidences et dissonances de rappeler qui est le patron et quels sont les principes élémentaires de la Droite en campagne présidentielle :

Pyramide – Chasse en meute – Courage, pugnacité et volonté.

Vous devez, nous devons continuer de faire bloc autour de notre candidat et prochain Président de la République, François FILLON.

Igor KUREK, Président du RPF

ainsi que l’ensemble des membres du Bureau Politique du parti

www.rpf-site.fr – https://fr-fr.facebook.com/rpfrance – https://twitter.com/rpf_officiel

Rassemblement Pour la France Officiel, 10D Avenue Carrion de Nizas – 34120 PEZENAS

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Twitter RPF Officiel

Abonnez-vous à la newsletter